TEXT_SIZE

IMPACT FIGHTING

 

ARBITRATION RULES

 

 

1 – THE RULES 

The fight takes place in 5 points with a limited time (1min30 to 2 min). The fight stops as soon as a stike is successful, the referees count it and resume the match (without stopping the time). A successful stike is a clean but controlled stike. To score points, the fighter will be able to make direct, long or short touches on the whole body. He can snatch the nunchaku from his opponent. If the stikes are too close together : the referee will announce "simultaneous" and he will let the fight unfold, the fighters will have to chain another stike more clear having recovered his nunchaku between each stike. The fight is won when one of the two fighters has reached 5 points, there will be no points apart. If the time is over before reaching the 5 points, the referees will announce the score.

 2 – THE TIME

1 min30 for minis-cadets (-14 years), juniors (14/18 years), women and masters (+ 40 years).

 2 min for seniors (18/40 years).

He is never stopped, except on injury or exceptional request from the referee.

 

 3 – THE POINTS

1 point all the body (from the feet to the shoulders).

1 head point.

1 tearing point, nunchaku loss, penalty.

 

 4 – THE PENALTIES

Only the central referee will judge the seriousness of the penalty, he can only "warn", "sanction" (with 1 point for the opponent) or "exclude".

  The penalties :

 - Strikes too strong or dangerous (strike short stung, strikes in the neck or the back).

 - Direct contact with his opponent (load, knee or elbow forward).

- Talk to his opponent or the referee without being authorized to do so.

 - Double strike s: if between two stikes the recovery of the nunchaku is not good.

 - Do not handle your nunchaku for 5 seconds.

 - Outings.

 

 

 5 - THE REFEREES

 A central referee :

 He checks, before starting, that the fight can be carried out safely :

 Checking shells, helmets and foam nunchakus, gloves are optional but advised.

During the fight he monitors: the faults and the marked points.

 He will score the points with his fingers.

 

 The assistants :

One to three assistants.

They will stretch out their arms in the camp of the marked point.

They can report a penalty.

 

 The chronometer :

He starts the stopwatch at the start of the fight, announces the last  "30 seconds" and the end of the fight.

 He may stop the stopwatch, during a fight, if the central referee requests it.

 

Artistique/Freestyle

ARBITRATION RULES

 

1 – IN THE CONTEXT OF THE EVENT

The Free Style Show is an individual exercise aimed at highlighting the visual, technical and artistic aspects of Nunchaku handling. A musical accompaniment chosen by the candidate is strongly desired. The performance is rated by a jury of about five people from different clubs or countries. The best and the lowest score are eliminated. All the candidates pass immediately after the other, the order of passage having been previously drawn by lot, in the final the candidates pass in order from the lowest score to the best.

 

2 – PRELIMINARY TO THE RATING CRITERIA 

The Free Style Show is an artistic exercise, unlike a kata or any other martial exercise illustrating an imaginary fight. The search for realism and combat effectiveness is not a priority. However it is good that the candidate retains a minimum of martial spirit in certain parts of his performance. We will distinguish the phases of pure manipulation to "impress" the entourage, other phases involving more precisely impacts on the opponent. The candidate must ensure that these two aspects are present

 

3 – RATING CRITERIA

One score out of 20 divided into three large and distinct parts is allocated to each performance.

A – Technical and martial score : 9 points  - Sophistication, difficulty of techniques, changes of catch, original movements, launch of the Nunchakus (s), manipulations with two Nunchakus, etc.

 - Speed of execution : evaluation of the maximum speed, reached during the performance.

- Mastery : control of trajectories, clarity of recovery.

- Martial aspect : power, precision, martial performance, realism of the combat phases.

 B – Artistic score : 7 points

- Presentation :. No outfit is compulsory, it is however desirable that it is martial which implies the absence of any jewelry, watches, etc.

 - Choreography : dynamic evolution in space, displacement on a maximum surface.

 - Music : choice of music and variation of rhythms. Synchronization between the musical time and the rhythm of the Nunchaku and the body.

 - Body Expression : harmony between body and Nunchaku, flexibility, balance, style, etc.

 

 

C – Large technical difficulties :

4 points  These are called manipulations very difficult to achieve, which few candidates can do. As soon as at least three practitioners make the same technique known as "very difficult", it will be considered as average difficulty.

 

N.B . : all the techniques performed with the Nunchaku in action are considered to be great difficulties. Example: A back-wards salto performed before taking his Nunchaku is not considered to be a big difficulty (it will be taken into account possibly in the artistic aspect). On the other hand, if the candidate throws the Nunchaku, performs a backwards salto and then catches up with his nunchaku, this is considered a big difficulty because the Nunchaku is in motion.

 

4 – PENALTIES

- Loss of the Nunchaku : a half penalty point will be awarded to any loss of Nunchaku.

- Penalty Chrono : time not respected = one half point for every five seconds (maximum three points).

- Note : if you break a Nunchaku during a Free Style, you can restart the Free Style. However, in case of penalties before breakage, these will be maintained for the new service

 

SEMI-CONTACT FIGHTING

ARBITRATION RULES

 

1 – THE FIGHTERS 

A – Condition of participation 

 1°) Nunchaku's regional, federal and international competitions are open to all nunchaku styles, schools and methods (Open competitions).

 2°) All competitors must carry the F.I.N.C.A. passport, the insurance license (federal or international license), as well as a medical certificate of the current season.

 3°) A parental authorization to participate in competitions is required for minors.

 4°) Clubs must have paid their annual membership fee. A fighter member of a club not in good standing with F.I.N.C.A may be prohibited from participating in competitions.

 5°) Categories : Masters (more 40 years old) - seniors (19 years old and more) - juniors (16, 17 and 18 years old) - « cadets » (13, 14 and 15 years old) - minors (10, 11 and 12 years old).

 The competitor category is defined by its anniversary date for the current season.

 B – Obligations 

 1°) Dress and equipment : 

Competitors must be barefoot, have short nails cut and do not wear metallic or other objects that could hurt their opponent. They must be provided with a moss nunchaku and a black and red kimono.

 2°) Compulsory protections : 

Shell, helmet and visor homologated, breast protection for fighters. The use of bandages for injuries must be approved by the arbitral body on the advice of the doctor, rescuers or referee.

 3°) Optional equipment :

If the competition area is formed by hard ground, the shooters are entitled to wear light kung-fu or taek won do shoes.

Elbow pads, knee pads and hand pads are allowed under all circumstances. All other protections (shin guards, reinforced kimonos ...) are totally forbidden.

C – The coaches 

1°) Each competitor can have only one coach. This one will wear a martial or sober outfit (sweat club accepted).

 

2°) During the whole fight, the coach will remain in his place without intervening; He shall give his advice only on two occasions, and shall not, by word or deed, interrupt or arrest the proper conduct of the bout (tolerance of the referee).

 In the event that the coach contravenes this clause, his competitor or competitors may be penalized.

 3°) For all claims, he is the only one entitled to formulate it, in writing, at the end of the fight and to hand it to the referee of the competition (a fighter without a coach cannot make a claim).

 2 – THE ARBITRAL BODY

 A – The central arbitrator

 1°) He has the power to : - direct the competition (including the announcement of the start and end of the fighting) - give penalties, warnings in case of irregularities. - obtain the supervisor's opinion.

 2°) The authority of the central referee is not confined solely to the competition area; It extends to the whole immediate perimeter.

 3°) The central referee will check the conduct of the combatants, the condition of the equipment, the wearing of the mandatory protections.

 4°) He will ensure before each beginning of the presence of the supervisors, the riders (assisted by their markers) and the timekeeper so that there is no problem during the fight.

 B – Supervisors

1°) They are two in number, and place themselves at the call of the combatants outside the combat area, one to the left, the other to the right of the central arbiter.

 2°) Each supervisor assists the central arbitrator. He controls the course of the fight, can stop it on any irregularities: its "STOP" to be confirmed by the central referee. At least one supervisor is required at the beginning of a fight. They have the right to move around the edges of the combat area and must be located opposite each other.

 C – Judges 

 1°) They take care of the same fighter during a whole round and report orally to their markers all the points (including the technical points).

 2°) In case of errors or warnings given by the central referee, the judge orally confirms to his scorer the total points acquired.

 3°) They cannot be from the same family or club as one of the two participants.

 D – The markers

 

1°) They are responsible for recording all points, technical points, etc. Than their ruler reports.

 2°) They must, at each end of recovery, make the total.

 E – The timekeeper

 1°) He starts his stopwatch when the central referee gives the signal "ALLEZ" and stops each time he says "STOP".

 2°) The normal duration of a take-over shall normally be two minutes. Thirty seconds before the end of a recovery, the timekeeper announces "THIRTY SECONDS" to the referee, who will broadcast the announcement to the fighters.

 3°) Between two occasions, the referee announces forty-five seconds of rest. At the end of the race, the timekeeper announces "TIME" for the resumption of the fight.

 

3 – THE REGULATION OF THE "SEMI-CONTACT" FIGHTING

 A – The basic principles of « semi-contact »

 1°) Types of strikes.

They can be "dropped", that is to say with a mobile branch not held, or "short" (with one or two hands). The typing power is controlled.

 Each point is counted at impact and not at recovery. On the other hand, in order to chain two strikes, the mobile branch must be recovered in one hand after the first strike. In the opposite case, there is a "double strike", this constitutes a fault penalized by the central referee.

 B – Recognition of points

 1°) Criteria for evaluating the impact

 All strikes to the head are worth two points and one point for the rest of the body, provided that the impact is clear and that it respects the notion of "striking distance".  If a long shot only brushes against the opponent or if it is made within one meter of the opponent, it is not counted. The long strikes must be the arm extended, parallel to the ground and with the end of the striking branch. The grip being at the opposite end to the chord of the other branch. If one of these factors is not respected, the strike is null.

 The strikes called "short" (with one or both hands) must be carried out at the end of the branch and armed (reality of the strike).

 2°) Points of improvement (or technical points)

The following actions add up 2 points to the one marked when typing :

 

- A long strike, in pivot jumped (strikes in the jump) - A long strike, lowered with a knee on the ground - A long strike in a roll (strikes in the roll) - No bonus with short stroke

 WARNING 

We cannot chain more than two bonus techniques as a result. A strike must be repeated. 

 Example: 2 linked techniques, one long strike and one technique = Accepted but 3 techniques afterwards will be refused.

 3°) Faults 

 They penalize unintentional technical errors as well as acts contrary to the good spirit of combat :

 - Two short strokes chained voluntarily - Voluntary release - Pushed or voluntary physical contact

 - Blows directly with the fists, foot, knees ... - Strikes on prohibited areas (neck, back and sides) - Strike after the stop - Strike in the face - Blocking with part of the body: the two branches of the nunchaku must be held to make a blocking. - Anti-combat : non-combativity (action to break the distance without attacking, to refuse the fight or to wait systematically that the adversary attacks). - Incorrect behavior of the fighter gestures moved, sign of discontent, uncontrolled aggressiveness). - Incorrect behavior of the coach, inconvenient intervention for the smooth running of the fight. - Strike too powerful : a powerful strike but which remains controlled will be sanctioned by a fault (thus 3 points). - A strike too powerful without control will be penalized by a warning.

 4°) Scale of penalties

 For the same irregularity :

 - First warning : 3 penalty points - Second warning : 3 penalty points - Third warning : 5 penalty points - Fourth Warning : disqualification

 5°) Cases of disqualification

At any time for :

 - Unacceptable and intolerable behavior of the fighter or coach - Failure to respect the referee's signs, remarks and commands - Possibly for a voluntary forbidden strike, strikes at a forbidden place, strikes with a part of the body, significant injury on double voluntary strike and more generally for striking "clairvoyant" too violent without any control.

 6°) Injury cases

The referee may at any time request the intervention of the doctor who will authorize or not the continuation of the fight in case of injuries. If two competitors are injured at the same time or suffer a pre-injury and are declared by the physician unable to continue the fight in progress, the victory is given to the fighter with the most points at that time.  If there is a tie, a decision will be taken by the arbitral body.

 

 

An injured fighter who is declared unfit by the physician, will not be able to fight in this competition without the written declaration of the doctor.

 If an injury is not caused by a voluntary forbidden strike, the injured person loses by "abandonment on injury". Otherwise his opponent may be disqualified.

 Any combatant who has suffered a trauma causing a partial or total loss of consciousness will be immediately removed from the competition.

 

4- THE CONDUCT OF THE FIGHTS

A- Beginning of the fight

At the call of their names, the fighters stand face to face, one with a red belt, the other with a white belt, the nunchaku in the belt, the helmet under the left arm.

 The referee announces "Position" : the fighters are feet joined. He announces "Saluez" : the fighters greet each other and salute the central referee. It announces "Prêt": the fighters put on the helmet, take the nunchaku in hands with both arms outstretched against their opponent.

 It announces "Allez" by advancing the right leg and lowering both arms : the fighters engage the combat.

 Interruption of combat by the signal "BREAK".

 For the clarity of the fight, the referee must ensure that a minimum distance of combat is maintained. Physical contact between combatants being prohibited, hand-to-hand combat is excluded. As soon as they find themselves at a short distance and do not quickly recover their distance, the referee announces "BREAK", separates them and announces "ALLEZ" so that the fight resumes. If a fighter systematically breaks the distance in order to protect himself and to cause the signal "BREAK", the referee can inflict a warning to him for noncombativity.

 B – End of a fight

 After the gong of the timekeeper :

 - The central referee announces "STOP" : the fighters stop their action and put themselves in "READY" position. - It announces "POSITION". - He announces "SALUEZ" : the fighters greet and salute the central arbiter.

 

 

 

C – Between two fights 

 During rest, each fighter will sit in front of his coach. In no case shall he leave the enclosure of the combat area.

 At the announcement of the resumption of the combat, each fighter returns to his place in position "ready" (“prêt”), the helmet already on the head.

 D – End of the fight 

 After picking up the judges' sheets and hearing the final result, the central referee announces "POSITION" : the fighters face each other. He first indicates the fighter (white or red belt) losing then the winner by announcing their respective points total. The fighters greet each other again.

 E – One more fight 

 The fighting usually takes place two times each two minutes. If there is a tie at the end of the bout, there will be an additional recovery.

 The third round will take place in 1 minute with a stop of the fight after 30 seconds by a "STOP" from the central referee, in order to allow the two judges to change fighter.

 If after this additional recovery there is still a tie, a fourth recovery will be made in semicontact combat "at the touch", thus without recovery, with the same regulations at the points and technical points as the semi- Contact chain. The first who gets three points wins the fight.

 

 

Raphael Schmitz ceinture noire 7ème degré

Vanara Samboun  ceinture noire  3ème degré

Questel Christophe ceinture noire  3ème degré

Adham Affara ceinture  noire  3ème  degré

Chaland Marc  ceinture noire  2ème degré

Bellencontre Christophe noire  2ème degré

Devisgnes Guillaume ceinture noire  3ème degré

Bernardini André ceinture noire  1er  degré

Bernardini Thierry ceinture noire  1er degré

Baraston Julie ceinture noire  1er degré

Rocacher Pascal noire  2ème  degré

Marc Schupfer noire  1er degré

Klein Mickael 1er degré

Tedbjoune Yacine noire  1er degré

Chalabi Imouled noire  1er degré

Soumier Julien noire  1er degré

Thaddé Reynaud noire  1er degré

Oahnessian  Sébastien noire  1er degré

Questel Jessica noire  1er degré

Questel Christopher noire  1er degré

Douliez  Xavier noire  1er degré

Le Sayer  Pascal noire  1er degré

Buchet  Mathias noire  1er degré

Bellencontre Christophe noire  2ème degré

Abbas Brihem  noire 3ème degré

Jomard Murielle noire 2ème  degré

Lagravère Laurent noire  1er degré

Charpentier Cédric  noire 2 degré

Collignon Denis noire 1er degré

 

Buchet Matthias noire 1er degré

 

 

Nunchaku Jitsu

A - Obligations

1.        Tenue : kimono

o    Les compétiteurs doivent être pieds nus avoir les ongles coupés courts et ne pas porter d’objets métalliques ou autres qui puissent blesser leur adversaire.

2.        Protections obligatoires

o    Coquille

o    Protège pieds-tibias (le protège pied doit couvrir tout le pied)

o    Protection mammaire pour les femmes

o    Casque avec visière

3.        Equipement facultatif

o    Les coudières, genouillères, protections des mains

4.        Armes autorisées

o    Nunchaku en mousse 35cm. Homologué FINCA.

B - Règlement du nunchaku jitsu

B1 - Principes fondamentaux

o    on a le droit de frapper avec l’arme

o    de donner des coups de pieds contrôlés (le KO est interdit)

o    de faire des projections et des prises de soumissions (étranglement, clés), si on perd son arme pendant une tentative de projection, non seulement celle-ci n’est pas comptabilisée mais il y a une pénalité pour perte de celle-ci.

o    Les frappes doivent être armées pour être comptabilisées

o    Avec le nunchaku : il ne faut pas faire de double frappe en frappe courte ou en frappe longue.

o    Les coups de pieds sont autorisés à tous niveaux mais doivent être contrôlés (ils sont interdits sur les genoux et dans le dos).

o    On peut projeter l’adversaire (2points) et travailler au sol, si on effectue une clé (de jambe, cheville, poignet ou bras) ou un étranglement on gagne le combat. Si sur une projection ou une tentative de soumission, l’adversaire perd son nunchaku l’arbitre annonce une perte de 3 points pour celui qui projette, mais le combat continue, quand l’adversaire est au sol, on peut continuer de frapper avec l’arme (maximum 3 frappes, attention au respect de la distance). Si les deux sont au sol on peut faire une frappe courte, mais bien sur les frappes longues ne peuvent être comptabilisées car aucune distance.

o    Si la situation n’évolue pas lorsque l’on est en corps à corps (sol ou debout) l’arbitre dit «  Break » et les deux combattants se mettent à distance de 2 mètre.

 

B2 - Comptabilisation des points

o    frappe nunchaku à la tête 2 points

o    frappe au corps 1 point

o    projection nette  2 points

o    petite projection 1 point

o    grande projection 4 points

o    perte de l’arme 3 points

o    coups de pieds aux jambes 1 points

o    coups de pieds aux corps 2 points

o    coups de pieds à la tête 4 points

o    avertissement  2 points

o    deux points de bonification pour les belles actions : frappe avec le nunchaku en chute    avant, retournée sauter, retourné en pivot et coup de pied sauté

 

B3 - Actions interdites

o    frappes trop puissantes

o    guillotine (avec le pied ou le nunchaku)

o    étranglement avec la ficelle du nunchaku

o    sortie de l’aire de combat, poussée

o    coup de poing, coudes, genoux, tibia (on doit frapper avec le pied)

o    frappe au cou ou aux parties

o    frappe après le stop

o    non combativité : attendre les frappes de l’adversaire sans faire de maniement, sans attaquer, refuser le combat

o    comportement incorrect d’un combattant : gestes déplacés, agressivité incontrôlée, il est interdit de parler pendant le combat.

  •                interdiction d’attraper le nunchaku de l’adversaire avec la main

 

B3.1 –

Interdiction d’entamer un étranglement ou un e clé de bras et de se jeter au sol sans contrôle.

 

B4 - Fin du combat  

o    A la fin du combat le combattant qui a le plus de points gagne, en cas d’égalité il y a une prolongation, le premier qui marque gagne.

o    En cas d’abandon d’un combattant sur blessure ou sur une prise douloureuse c’est l’autre compétiteur qui gagne. (sauf si la blessure intervient suite à une frappe interdite et volontaire).

 

B5 -  

 

On peut se référer au règlement du nunchaku semi contact pour la partie nunchaku et au règlement du combat jiu jitsu pour la partie projection et travail au sol.

 

NUNCHAKU

  

 

REGLES D’ARBITRAGE : LE FREE STYLE

 

1 – Dans le cadre DE L’EPREUVE

 

Le Free Style Show est un exercice individuel ayant pour objet la mise en valeur des aspects visuels, techniques et artistiques de la manipulation du Nunchaku.

Un accompagnement musical choisi par le candidat est vivement souhaité.

La prestation est notée par un jury de cinq personnes environ, issues de clubs ou de pays différents. La meilleure et la moins bonne note sont éliminées.

Tous les candidats passent immédiatement les uns après les autres, l’ordre de passage ayant été préalablement tiré au sort, en finale les candidats passent dans l’ordre croissant de la moins bonne note à la meilleur.

 

2 – PRELIMINAIRES AUX CRITERES DE NOTATION :

 

Le Free Style Show est un exercice à vocation artistique, à la différence d’un kata ou de tout autre exercice martial illustrant un combat imaginaire. La recherche du réalisme et de l’efficacité en combat n’est nullement prioritaire. Toutefois il est bon que le candidat conserve un minimum d’esprit martial dans certaines parties de sa prestation ; On distinguera donc les phases de pure manipulation pour « impressionner » l’entourage, d’autres phases comportant plus précisément des impacts sur l’adversaire. Le candidat devra faire en sorte que ces deux aspects soient présents.

 

3 – CRITERES DE NOTATIONS :

 

            Une note sur 20 divisée en trois grande parties bien distinctes est attribuée à chaque prestation.

 

A – Note technique et martial : 9 points

 

-          Sophistication, difficulté des techniques, changements de prises, mouvements originaux, lancé du ou des Nunchakus, manipulations avec deux Nunchakus, etc…

-          Vitesse d’exécution : évaluation de la vitesse maximale, atteinte au cours de la prestation.

-          Maîtrise : contrôle des trajectoires, netteté des récupérations.

-          Aspect martial : puissance, précision, tenue martiale, réalisme des phases de combat.

 

B – Note artistique : 7 points

   

-          Présentation : salut, tenue. Aucune tenue n’est obligatoire, il est cependant souhaitable que celle-ci soit martiale ce qui implique l’absence de tous bijoux, montres, etc…

-          Chorégraphie : évolution dynamique dans l’espace, déplacement sur un maximum de surface.

-          Musique : choix de la musique et variation des rythmes. Synchronisation entre le temps musical et le rythme du Nunchaku et du corps

-          Expression corporelle : harmonie entre le corps et le Nunchaku, souplesse, équilibre, style, etc…

 

C – Grandes difficultés techniques : 4 points

 

Sont appelées ainsi les manipulations très difficiles à réaliser, que peu de candidats peuvent faire. A partir du moment ou au moins trois pratiquants font une même technique dite « très difficile », elle sera donc considérée comme difficulté moyenne.

 

N.B. : Sont considérées comme grandes difficultés toutes les techniques effectuées avec le Nunchaku en action. Exemple : Un salto arrière effectué avant de prendre son Nunchaku n’est pas considéré comme grande difficulté (il sera pris en compte éventuellement dans l’aspect artistique). Par contre si le candidat lance le Nunchaku, effectue un salto arrière puis rattrape son nunchaku, ceci est considéré comme une grande difficulté car le Nunchaku est en mouvement.

 

4 – PENALITES :

 

-          Perte du Nunchaku : un demi-point de pénalité sera attribué à toute perte de Nunchaku.

-          Pénalité Chrono : Temps non-respecté = un demi-point par tranche de cinq secondes (maximum trois points).

 

-          Remarque : En cas de casse d’un Nunchaku pendant un Free Style il y a possibilité de recommencer ce dernier. Toutefois, en cas de pénalités avant la casse, celles-ci seront maintenues pour la nouvelle prestation.    

 

LE SEMI CONTACT

 

 

I - LES COMBATTANTS :

 

A - CONDITIONS DE PARTICIPATION

 

            1°) Les compétitions régionales, fédérales et internationales de Nunchaku sont ouvertes à tous les styles, écoles et méthodes de nunchaku. ( compétitions Open)

 

            2°) Tout compétiteur doit être muni du passeport F.I.N.C.A,de la licence assurance. (licence fédérale ou internationale), ainsi qu'un certificat médical de la saison en cours.

 

            3°) Une autorisation parentale de participation aux compétitions est exigée pour les mineurs.

 

            4°) Les clubs doivent avoir acquitté leur cotisation annuelle. Un combattant faisant partie d'un club non en règle avec la F.I.N.C.A pourra se voir interdire la participation aux compétitions.

 

            5°) Les catégories :     * Masters

                                               * Seniors (19 ans et plus)      

                                               * Juniors (16, 17 et 18 ans)

* Cadets (13, 14 et 15 ans)

                                               * Minimes (10, 11 et 12 ans)

            La catégorie du compétiteur est définie par sa date anniversaire pour la saison en cours.

 

 

B - OBLIGATIONS

 

            1°) Tenue et matériel :

 

            Les compétiteurs doivent être pieds nus, avoir les ongles coupés courts et ne pas porter d'objets métalliques ou autres qui puissent blesser leur adversaire.

            Ils doivent être pourvus d'un nunchaku mousse et d'un kimono noir et rouge.

           

            2°) Les protections obligatoires :

 

            - Coquille

            - Casque et visière homologués, protection mammaire pour les combattantes.

 

            L'emploi de bandages pour blessures doit être approuvé par le corps arbitral sur le conseil du médecin, des secouriste ou de l’arbitre.

 

 

 

 

            3°) Equipement facultatif :

 

            - Si l'aire de compétition est formée par un sol dur, les tireurs ont le droit de porter des chaussures légères de type kung-fu ou tae kwon do.

            - Les coudières, genouillères, protections de mains sont autorisées en toute circonstance.

Toutes autres protections ( protèges tibias, kimonos renforcés...) sont totalement interdites.

 

 

C - LES COACHES

 

            1°) Chaque compétiteur ne peut avoir qu'un seul coach. Celui-ci portera une tenu martiale ou sobre (survêtement club accepté)..                                                                                               

            2°) Pendant tout le combat, le coach restera à sa place sans intervenir ; il ne donnera ses conseils qu'entre deux reprises et il ne devra surtout pas, par la parole ou par un acte, interrompre ou faire arrêter le bon déroulement du combat tolérance à l’appréciation de l’arbitre).

            Dans l'éventualité où le coach contreviendrait à cette clause, son compétiteur ou ses compétiteurs pourront être pénalisés.

 

            3°) Pour toutes réclamations, il est le seul habilité à la formuler, par écrit, à l'issue du combat et à la remettre au responsable arbitral de la compétition. (un combattant sans coach ne peut porter réclamation)

 

 

II - LE CORPS ARBITRAL

 

A - L'ARBITRE CENTRAL

 

            1°) Il a le pouvoir de :

                        - diriger la compétition (y compris l'annonce de début et de fin des combats).

                        - donner les pénalités, les avertissements en cas d'irrégularités.

                        - obtenir l'opinion du superviseur.

 

            2°) L'autorité de l'arbitre central n'est pas confinée uniquement à la surface de compétition ; elle s'étend à tout le périmètre immédiat.

 

            3°) L'arbitre central vérifiera la tenue des combattants, l'état du matériel, le port des protections obligatoires.

 

            4°) Il s'assurera avant chaque début de reprise de la présence des superviseurs, des noteurs (assistés de leurs marqueurs) et du chronométreur afin qu'il n'y ait aucun problèmes au cours du combat.

 

B - LES SUPERVISEURS

 

            1°) Ils sont au nombre de deux, se placent dès l'appel des combattants à l'extérieur de l'aire de combat, l'un à la gauche, l'autre à la droite de l'arbitre central

 

            2°) Chaque superviseur assiste l'arbitre central. Il contrôle le déroulement du combat, peut l'arrêter sur toutes irrégularités : son "STOP" devant être aussitôt confirmer par l'arbitre central. Au moins un superviseur est nécessaire au début d’un combat. Ils ont le droit de se déplacer sur les bord de l’aire de combat et doivent être situé l’un à l’opposé de l’autre.

 

C - JUGES

 

            1°) Ils s'occupent d'un même combattant pendant toute une reprise et signalent oralement à leurs marqueurs tous les points (y compris les points techniques).

 

            2°) En cas de fautes ou avertissements donnés par l'arbitre central, le juge confirme oralement à son marqueur le total des points acquis.

 

            3) Ils ne peuvent être de la même famille ou du club que l’un des deux participants

 

D - LES MARQUEURS

 

            1°) Ils sont chargés de noter tous les points, points techniques, etc. .. que leurs signalent

leur noteur.

 

            2°) Ils doivent à chaque fin de reprise en faire le total.

 

E - LE CHRONOMETREUR

 

            1°) Il met en marche son chrono quand l'arbitre central donne le signal "ALLEZ" et s'arrête chaque fois qu'il dit "STOP".

           

            2°) La durée normale d'une reprise est, en principe de deux minutes. Trente secondes avant la fin d'une reprise; le chronométreur annonce "TRENTE SECONDES" à l'intention de l'arbitre, qui retransmet l'annonce aux combattants.

 

            3°) Entre deux reprises, l'arbitre central annonce quarante cinq secondes de repos. A l'issue de celui-ci, le chronométreur annonce "TEMPS" pour la reprise du combat.

 

 

 

 

III - LA REGLEMENTATION DU COMBAT "SEMI-CONTACT"

 

A - LES PRINCIPES FONDAMENTAUX DU "SEMI-CONTACT"

 

            1°) Types de frappes :

 

                        Elles peuvent êtres "lâchées", c'est-à-dire avec une branche mobile non tenue, ou "courtes" (à une ou deux mains).

                        La puissance de frappe est contrôlée.

                        Chaque point est compté à l'impact et non à la récupération. Par contre pour enchaîner deux frappes, il faut récupérer la branche mobile dans une main, après la première frappe. Dans le cas contraire, il y a "double frappe", ceci constitue une faute pénalisée par l'arbitre central.

 

 

 

B – COMPTABILISATION DES POINTS

 

            1°)Critères d’évaluation de l’impact.

 

            Toutes les frappes tête valent deux points et un point pour le reste du corps, à condition que l’impact soit net et qu’il respecte la notion de « distance de frappe ». Si une frappe longue ne fait que frôler l’adversaire ou si elle est effectué à moins d’un mètre de celui ci elle n’et pas comptabilisée. Les frappes longues doivent être le bras tendu, parallèle au sol et avec le bout de la branche de frappe. La prise en main étant à l’extrémité opposé à la corde de l’autre branche. Si l’un de ces facteurs n’est pas respecté la frappe est nulle.

           

            Les frappes dîtes « courte » (à une ou eux mains) doivent être effectué en bout de branche et armées ( réalité de la frappe)

 

            2)°Points de bonifications (ou points techniques)

 

                        Les actions suivantes additionnent 2 points à celui marqué lors de la frappes

 

                                   Une frappe longue en pivot sauté (frappe dans le saut)

                                   Une frappe longue baissé avec un genoux à terre

                                   Une frappe longue en roulade (frappe dans la roulade)

                                   Pas de bonification avec la frappe courte

 

ATTENTION

 

On ne peut enchaîner plus de deux techniques de bonification à la suite. On doit refaire obligatoirement une frappe.

 

Exemple

2 techniques enchaînées une frappe longue et  technique = accepté

3 technique  à la suite refusées

 

3°)Les fautes

 

            Elles pénalisent les erreurs technique involontaires ainsi que les actes contraintes au bon esprit du combat.

 

                        Deux frappes courtes enchaînées volontaire

                        Sortie volontaires

                                   Poussé ou contact physique volontaire

                                   Coups porté directement avec les poings, pied, genoux…

                                   Coups porté sur les zones interdites ( cou, parties et dos)

                                   Frappe après le stop

                                   Frappe piqué au visage

                                   Blocage avec une partie du corps, le deux branche du nunchaku doivent être tenu pour faire un blocage.

                                   Antijeu : non combativité (action de casser la distance sans attaquer, de refuser le combat ou d’attendre systématiquement que l’adversaire attaque).

                                   Comportement incorrect du combattant  gestes déplacé, signe de mécontentement, agressivité incontrôlé).

                                   Comportement incorrect du coach, intervention gênante pour le bon déroulement du combat.

                                   Frappes trop puissante           une frappe puissante mais qui reste contrôlé sera sanctionné par une faut donc 3 point

                                                                                  Une frappes trop puissante, sans contrôle sera pénalisé par un avertissement.

 

                        5°) Barème des pénalités

 

                        Pour une même irrégularité :

                        - premier avertissement    : trois points de pénalité.

                        - deuxième avertissement : trois points de pénalité.

                        - troisième avertissement  : cinq points.

                        - quatrième avertissement : disqualification.

                       

 

            6°) Cas de disqualification

 

                        A tout moment pour :

                                   - Comportement intolérable et inadmissible du combattant ou du coach.

                                   - Non respect des signes, remarques et commandements de l'arbitre.

                                   - Eventuellement pour une frappe interdite volontaire, frappe à un endroit interdit, frappe avec une partie du corps, blessure importante sur double frappe volontaire et plus généralement pour frappe "voyante" trop violente sans aucun contrôle.

 

            7°) Cas de blessures

 

            L'arbitre peut à tout moment demander l'intervention du médecin qui autorisera ou non la poursuite du combat en cas de blessures. Si deux compétiteurs se blessent en même temps ou souffrent d'une blessure arrivée au préalable, et sont déclarés par le médecin incapable de continuer le combat en cours, la victoire est donnée au combattant ayant le plus de points à ce moment là. S'il y a égalité une décision sera prise par le corps arbitral.

 

            Un combattant blessé est déclaré inapte par le médecin, ne pourra plus combattre dans cette compétition sans la déclaration écrite du médecin.

            Si une blessure n'est pas provoquée par un coup interdit volontaire, le blessé perd par "abandon sur blessure". Dans le cas contraire son adversaire peut être disqualifié.

            Tout combattant ayant subi un traumatisme entraînant une perte de connaissance partielle ou totale sera immédiatement retiré de la compétition.

 

IV- LE DEROULEMENT DES COMBATS

 

A- DEBUT DU COMBAT

 

            A l'appel de leurs noms les combattants se placent face à face, l'un avec une ceinture rouge, l'autre avec une ceinture blanche, le nunchaku à la ceinture, le casque sous le bras côté gauche.

            L'arbitre annonce "Position" : les combattants sont pieds joints.

            Il annonce "Saluez" : les combattants se saluent et saluent l'arbitre central.

            Il annonce "Prêt" : les combattants mettent le casque, prennent le nunchaku en mains les deux bras tendus face à leur adversaire.

            Il annonce "Allez" en avançant la jambe droite et en abaissant les deux bras : les combattants engagent le combat.

 

 

Interruption du combat par le signal "BREAK" :

Pour la clarté du combat, l'arbitre doit veillé au respect d'une distance minimale de combat. Tout contact physique entre les combattants étant interdit, les corps à corps sont exclus. Dès que ces derniers se retrouvent à distance réduite et qu'ils ne reprennent pas rapidement d'eux-mêmes leur distance, l'arbitre annonce "BREAK", les séparent et annoncent "ALLEZ" afin que le combat reprenne. Si un combattant casse systématiquement la distance dans le but de se protéger et de provoquer le signal "BREAK", l'arbitre peut lui infliger un avertissement pour non-combativité.

 

B - FIN D'UNE REPRISE

 

            Après le gong du chronométreur :

                        - l'arbitre central annonce "STOP" : les combattants arrêtent leur action et se mettent e                  en position "PRET".

                        - Il annonce "POSITION".

                        - Il annonce "SALUEZ" : les combattants se saluent et saluent l'arbitre central.

 

 

 

 

C - ENTRE DEUX REPRISES

 

            Pendant le repos, chaque combattant va s'asseoir face à son coach. Il ne peut en aucun cas sortir de l'enceinte de l'aire de combat.

            A l'annonce de la reprise du combat, chaque combattant revient à sa place en position "Prêt", le casque déjà sur la tête.

 

D - FIN DU COMBAT

 

            Après avoir ramassé les feuilles des juges et prit connaissance du résultat final, l'arbitre central annonce "POSITION" : les combattants se font face. Il désigne en premier le combattant (ceinture blanche ou rouge) perdant puis le vainqueur en annonçant leur total de points respectifs. Les combattants se saluent de nouveau.

 

E - REPRISE SUPPLEMENTAIRE

 

            Les combats se déroutants généralement en deux reprises de deux minutes chacune. Si à l'issue du combat il y a égalité, reprise supplémentaire.

            La troisième reprise se déroulera en 1 minutes avec arrêt du combat au bout de 30 secondes par un "STOP" de l'arbitre central, afin de permettre aux deux juges de changer de combattant.

            Si à l'issue de cette reprise supplémentaire, il y a encore égalité, une quatrième reprise sera effectuée en combat semi-contact "à la touche", donc sans récupération, avec les mêmes réglementations au niveau des points et points techniques que le semi-contact enchaîné. Le premier qui obtient trois points gagne le combat.

nunchaku